Accueil » IIIe millénaire (page 3)

IIIe millénaire

Hérésie

Du grec haïresis, arrachement. Le mot fut d’abord un synonyme de schisme (de schisma, déchirure) ; puis il désigna toute conception qui s’égare parce qu’elle sépare une ou plusieurs vérités de foi du contexte organique de leur ensemble ; enfin le mot désigne les séparations produites par une erreur doctrinale grave et opiniâtre. Les différentes écoles gnostiques semblent avoir compté …

Lire plus »

Hypostase

Le terme grec hypostasis signifie « réalité concrète ». Au Concile de Nicée, hypostase (littéralement en latin : substance) et ousia (essence) sont encore utilisés dans le même sens : omo-ousios est traduit par consubstantiel. Vers la fin du IVe s., la théologie trinitaire fera évoluer le sens de ces termes : dans une seule nature ou essence divine (ousia), …

Lire plus »

Gnosticisme

Le gnosticisme désigne un courant gnostique particulier, regroupant l’ensemble des Ecoles qui se sont développées en Occident, en Egypte et dans le Proche ou Moyen-Orient, durant les cinq premiers siècles de notre ère, au contact ou en marge du christianisme. Les Pères de l’Eglise font de Simon le magicien (Ac 8, 9) le père du gnosticisme. Les premiers foyers de …

Lire plus »

Déisme

Terme forgé au XVIe s. en France, qui s’oppose à la fois à l’athéisme et à la religion révélée. Le déisme est une croyance rationnelle en l’existence de Dieu dans les limites de la « religion naturelle », et dont le contenu varie avec celui que l’on attribue à cette dernière.

Lire plus »

Romano Guardini

Prêtre, philosophe et théologien allemand (1886-1968), d’origine italienne, il fut professeur aux universités de Berlin, de Tübingen et, à partir de 1947, de Munich. Il exerça une forte influence sur la jeunesse catholique allemande et fut un des principaux acteurs du renouveau liturgique d’après guerre. Le jeune Joseph Ratzinger le découvre au grand séminaire de Freising, puis à Munich et …

Lire plus »

Canon

Le mot «canon» est d’origine grecque, probablement emprunté aux langues sémitiques, en tout cas étroitement apparenté au mot hébreu qâneh qui signifie: «un roseau pour mesurer» (cf Ez 40,3.5). Simplement transcrit en latin sous la forme « canon », le terme s’entendait primitivement d’un objet – « bâton droit » – servant de mesure, de règle, de modèle ; puis, …

Lire plus »

Canonique

L’adjectif «canonique» – kanonikos en grec, (canonicus en latin) est dérivé du substantif « canon ». Origène fut le premier à user de ce qualificatif pour désigner les livres qui contiennent «la règle de la foi» – ou encore : les livres «régulateurs de la foi». Le livre canonique est un livre canonisé, c’est-à-dire un livre dont l’inspiration divine a …

Lire plus »

card. Jean Daniélou

Agrégé de l’Université, docteur ès lettres, jésuite, Jean Daniélou (1905-1974) est l’un des principaux artisans du renouveau des études patristiques. En 1942, il fonde avec le Père de Lubac, la collection « Sources chrétiennes », qui édite les textes patristiques avec leur traduction commentée. L’exégèse spirituelle des Pères conduit J. Daniélou à travailler également au renouveau de l’exégèse biblique. Il …

Lire plus »

card. Hans Urs von Balthasar

Théologien catholique suisse de langue allemande, né à Lucerne en 1905. Enfant précoce, il apprit le français à quatre ans et fit preuve d’une curiosité hors du commun dès son plus jeune âge. Sa vie et son œuvre furent profondément marquées par la musique : lui-même passait de longues heures au piano ; il était fasciné par le génie de …

Lire plus »

Apocryphes

Le terme grec d’où vient le mot apocryphe veut dire caché. On cache les écrits dont on ne veut pas livrer le contenu, soit parce qu’ils sont secrets, soit parce que leur contenu est répréhensible. Le terme finit par recevoir, chez les auteurs ecclésiastiques, le sens de faux, de falsifié, et dès lors de non canonique, c’est-à-dire ne faisant pas …

Lire plus »