Pensée 34

Bas-reliefs en marbre, sculptures sur bois noble, pieuses gravures à l’encre ou naïfs signets de communiant, voici saint Joseph en vieillard vénérable et agonisant, nanti des secours conjoints de la Vierge et du Messie en personne, finalement gratifié de l’honorifique patronage des mourants. Tout en préservant l’essentiel, qui est de se recommander à saint Joseph en ses derniers instants, l’imagerie dévote a malheureusement travesti le feu ardent en braise affaiblie.

Car Joseph, qui est père, ne s’éteint pas : il ne peut que donner. Pédagogue accompli, tout est pour lui circonstances de la transmission. Dans ses derniers instants, il enseignait encore au maître de la vie comment on s’y prend pour mourir quand on est fils.

Dans la mort, chacun retrouve ce qu’il est vraiment. Et Joseph, qui est fils, brûlant de rejoindre sa Source qui est le Père, résuma tout enseignement en la reddition d’un souffle d’espérance et de souffrance. Donner encore et se donner soi-même, pour que le monde soit sauvé.

Saint Joseph notre père, apprenez-nous à mourir chaque jour.

Vous aimerez aussi

Pensée 75

En affirmant que saint Joseph est « un homme juste » (Mt 1,19), saint Matthieu dévoile sa …

Un commentaire

  1. Les uns disent que tu es silencieux et taciturne,moi je t’appelle »le vizir »c-à-d le chef de la famille(chrétienne ou sociale).Notre Mère Marie est toujours »la vierge »et toi tu es toujours »le vizir ».Oh!Mon vizir Joseph pour quel raison tu es tumide?J’ai soif de toi,tu restera mon ami pour toujours!Que notre protecteur saint Vizir Joseph nous guide et nous bénisse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *